Posted on Sep 4, 2014 in Actualités | No Comments

SO_blogue_20130214

Êtes-vous prêt à payer plus pour un produit (ou service) s’il est offert par une entreprise de votre région? C’est le cas de la majorité des Canadiens. N’est-ce pas là alors un avantage que les PME devraient utiliser?

La question: comment attirer ces clients potentiels? La localisation du commerce ou la personnalité du propriétaire sont importants. Mais un des éléments majeurs qui pousse en premier lieu l’internaute canadien à acheter dans une petite entreprise locale, c’est le bouche à oreille. Heureusement pour nos principaux intéressés, après leur avoir causé nombre de désagréments en démultipliant la concurrence, Internet offre maintenant une multitude de plateformes favorisant le bouche à oreille. Facebook, Twitter, LinkedIn, Google +… Bref, les médias sociaux!

Voici 3 erreurs que les entrepreneurs font trop souvent quand vient le temps de s’adresser à leurs clients dans les médias sociaux. Ce sont pourtant des erreurs faciles à éviter!

1. Ne pas avoir de stratégie

Le terme stratégie peut en rebuter plus d’un, mais la tâche est beaucoup plus simple qu’il n’y paraît. L’idée est que vous n’aurez pas le temps de tout faire, et que vous devez mettre vos efforts là où ils rapportent le plus. Voici quelques questions pour vous guider.

Qui est votre cible?

Vous devez absolument identifier votre cible principale. Pour trouver de nouveaux clients, un concessionnaire automobile voudra rejoindre les amis des clients avec qui il vient de conclure une vente. Publier des photos sur Facebook et les associer au client (avec sa permission) peut être un bon moyen.

Quelle est l’action visée?

«Être présent dans les médias sociaux» n’est pas un objectif en soit. Votre but pourrait être de changer la façon dont vos clients vous perçoivent. Peut-être aussi d’inciter vos clients actuels à parler de vous à leurs contacts real money casino games. Où simplement stimuler vos ventes en offrant des rabais exclusifs à vos contacts?

Quelles bonnes raisons pourrait avoir votre client pour poser cette action?

Un comptable ne veut pas que tous ses clients l’appellent le 15 avril pour faire produire leurs rapports d’impôt à remettre le 30. L’objectif visé, c’est de les inciter à s’y prendre d’avance. Certains seront convaincus par des économies («mes 50 premiers clients de 2014 auront un rabais de 20%»), d’autres par la qualité du service («les comptables ont le temps de trouver les meilleurs échappatoires en janvier, mais pas en avril»). Utilisez ce qui motive vos clients.

2. Ne pas y consacrer assez de temps

Pour la plupart des gens, écrire un article de blogue prend au minimum 2 heures, mais il est facile d’y passer une journée complète! Évaluez votre disponibilité de façon réaliste.

Petits conseils à ce sujet :

• Soyez modeste dans vos ambitions de départ. Allez-y par petits pas et n’essayez pas de tout faire dès le début. Mesurez vos résultats au fur et à mesure de votre progression.

• Produisez votre contenu durant les périodes calmes. Si vous vendez des jouets, décembre est un mois particulièrement occupé. Pourquoi ne pas écrire dès cet été votre article sur la façon de choisir un cadeau de Noël en fonction de l’âge de l’enfant? N’hésitez pas à vous préparer une réserve de contenus à publier plus tard.

• Déléguez ! Peut-être avez-vous un employé qui aime les médias sociaux, ou qui est habile dans la rédaction de contenus. Expliquez-lui les résultats que vous voulez obtenir, et suivez son travail. Cela augmentera considérablement votre présence sur le Web, sans pour autant diminuer votre présence au bureau.

3. Être trop pressé à vendre

Essayer de vendre vos produits et services est un réflexe normal. Mais est-ce que vos contacts sur les médias sociaux sont prêts à acheter? Une approche graduelle est souvent plus payante. Comment? Apprenez-leur quelque chose de réellement utile pour eux. Une règle simple à suivre, c’est au minimum deux publications de type «conseil» pour une, destinée à vendre.

Par exemple, si vous installez des drains français dans des résidences familiales, vous pourrez parler des problèmes de santé que la moisissure cause chez les enfants. Les parents vous écouteront avec beaucoup plus d’attention que si vous les martelez avec vos offres de service. Et surtout, vous placez vos pions pour la prochaine vente: beaucoup de parents ne voudront pas dépenser des milliers de dollars pour protéger les fondations de leur maison, mais seront prêts à faire cet investissement pour protéger la santé de leurs enfants.

 

Jonathan Loquet – Concepteur-graphique – Tactic design

Laisser un commentaire